Connect with us

Cinéma

Quels sont les meilleurs films à ne pas manquer ?

julia

Published

on

films a ne pas manquer

Nous avons tous des goûts différents, ce qui explique que le débat sur les meilleurs films disponibles peut durer des heures (ou, dans notre cas, toute une vie). Cependant, y a-t-il une liste unique qui les gouvernera tous ? Une liste qui tiendrait compte de tous les goûts, genres, nationalités et époques, en équilibrant l’impact et la pertinence, l’intellect et le cœur ? La tâche semblait écrasante. Nous ne pouvions pas nous en empêcher.

Qu’est-ce qui distingue un film des autres ?

Il existe de nombreuses techniques cinématographiques utilisées pour raconter une histoire ou un récit, parallèlement aux éléments littéraires, telles que :

  • l’intrigue ;
  • le cadre ;
  • la caractérisation ;
  • la structure ;
  • le sujet.

Ces derniers constituent le texte ou le scénario. Le son, la musique, l’éclairage, les angles de caméra et le montage font l’objet d’une attention particulière.

Quels sont les meilleurs films de tous les temps ?

Souvent, les meilleurs films sont à la hauteur à plusieurs niveaux. Cela signifie que tout est mémorable, voire légendaire, du scénario à la musique en passant par le jeu des acteurs. En fin de compte, il ne saurait y avoir de réponse unique à la question de savoir ce qui fait un grand film, tout comme il n’existe pas de meilleur film unique. Nous vous recommandons les films suivants :

L’Odyssée de l’espace (1968) : un film de science-fiction (2001)

La confluence de deux esprits brillants, Stanley Kubrick et le visionnaire de la science-fiction Arthur C. Clarke, a produit le meilleur film jamais réalisé. Lorsque la proposition de Clarke, ainsi que celles d’Isaac Asimov, de Robert A. Heinlein et de Ray Bradbury, a été mentionnée en tant que scénariste potentiel pour le projet d’épopée de science-fiction de Kubrick, ce dernier a déclaré : « Je crois que c’est un fou qui vit dans un arbre en Inde ». Clarke résidait en réalité à Ceylan (et non en Inde ou dans un arbre), mais les deux hommes se sont rencontrés, ont sympathisé et ont façonné un récit de progrès scientifique et de tragédie (bonjour, HAL) qui est ancré dans l’humanité, dans toute sa brillance, sa fragilité, son courage et son désir fou.

Le Parrain (1972)

Toutes les dynasties criminelles qui ont vu le jour après Le Parrain sont des descendants des Corleone. Le patriarche ultime du genre mafieux, l’œuvre magnum de Francis Ford Coppola est le patriarche ultime du genre mafieux. L’adaptation opératique de Mario Puzo démarre par une phrase d’ouverture grandiose : « Je crois en l’Amérique », avant que l’épopée de Coppola ne se transforme en un effondrement terrifiant de l’idéal américain.

Le récit suit une solide famille d’immigrants aux prises avec les principes contradictoires du règne et de la religion. Ces conflits moraux sont distillés dans un épisode légendaire de baptême, qui est magnifiquement coupé par le meurtre de quatre donateurs rivaux.

Citizen Kane : un film sur un homme nommé Kane (1941)

Le drame de David Fincher intitulé Mank, un tournage merveilleusement sardonique, a ramené Citizen Kane sur le devant de la scène et ne manque jamais de captiver une nouvelle génération de cinéphiles. Pour les nouveaux venus, la trajectoire de son protagoniste, Orson Welles, acteur-réalisateur prodige, qui passe d’un jeune homme rejeté à un entrepreneur ambitieux, puis à un patron de presse et enfin à un populiste, est tout à fait familière (d’ailleurs, Donald Trump est devenu un fan du film). Vous pourrez vous imprégner des méthodes révolutionnaires du film, comme la photographie en profondeur de Gregg Toland, ainsi que de la confiance en soi illimitée de la mise en scène et de son examen du capitalisme américain.

Les Aventuriers de l’Arche perdue (1981) : un film d’action/aventure

Le film Les Aventuriers de l’Arche perdue célèbre ce que le cinéma peut accomplir avec plus d’enthousiasme que n’importe quel autre film, en commençant par un fondu enchaîné du logo de la Paramount et en concluant dans un entrepôt inspiré de Citizen Kane. La superproduction la plus divertissante de Steven Spielberg a tout pour plaire : des rochers qui roulent, une bagarre dans un bar, une héroïne fougueuse (Karen Allen) qui sait tenir l’alcool et perdre son sang-froid, un singe perfide, un méchant buveur de champagne (Paul Freeman), des serpents (« Pourquoi fallait-il que ce soit des serpents ? »), la plus grande poursuite en camion du cinéma et un final surnaturel où les têtes explosent. Le tout est couronné par l’interprétation parfaite d’Indiana Jones par Harrison Ford, un héros hésitant, mais plein de ressources.

Continue Reading

Trending